L’Étape du Tour J – 65 : quand ça commence à ressembler à du vélo

L’Étape du Tour, la plus iconique des épreuves cyclistes de masse, célèbre en 2018 ses vingt-cinq ans. Sur le tracé musclé de l’Étape 10 du Tour de France, entre Annecy et Le Grand Bornand. Claude, l’un des fondateurs de routeandroots.com (et de L’Étape en 1993), s’est promis, tortue parmi les lièvres, de prendre le départ le 8 juillet et d’aller au bout. Pas gagné. Depuis décembre, il pose de temps en temps son vélo pour raconter.

Et donc en cette fin de matinée du 1ermai, un mardi, tu écoutes d’une oreille distraite France Info et les ambitions des leaders syndicaux pour les manifs du jour. Tu es concentré sur les tiennes, d’ambitions. Ça souffle dehors mais il fait beau. C’est jour de Fête (du Travail), et jour de test, c’est toi qui l’a décidé. Tu es au bout de la Bretagne, pas question de montagne. Juste quelques modestes mais surprenants dénivelés. Les vrais coureurs du prochain Tour de France passeront là le 11 juillet, arrivée à Quimper. Tu seras au bord de la route ou devant ta télé, peinard, une Redoutable à la main. Depuis trois jours, tu seras finisher de L’Étape 2018 😉Tu passes tout en revue, un peu plus appliqué que d’habitude. Le bidon, sirop de grenadine parce que c’est un jour qui compte, le cuissard bien ajusté, les socquettes noires (« Scusa, Michel Dalloni ») parce que c’est un jour qui compte, les lunettes, la connexion 4G pour démarrer Strava, le demi-bar de plus gonflage roue arrière parce que c’est un jour qui compte. En heures, au moins trois. En kilomètres, au moins 80. En dénivelé, au moins 1000 mètres. C’est dit.

Tu n’iras pas au bout de tout ça. Juste un peu en-dessous, juste assez pour te dire que tu as aimé. Que tu ne sais pas encore si tu pourras aller au bout le dimanche 8 juillet, jusqu’au Grand-Bornand, si tu auras la force de ne pas mettre pied à terre au-dessus de Nancy-sur-Cluses ou dans la Colombière, au bout de six ou sept heures de route depuis Annecy. Juste assez pour savoir que tu vas te régaler ces prochaines semaines. Parce qu’enfin, au bout de toutes ces semaines, de tous ces mois de doute à ne pas en avoir assez fait, ce à quoi finalement tu passes désormais pas mal de temps -25 heures ces deux dernières semaines- commence à ressembler à du vélo ! Pas trop tôt.

Peut-être même en as-tu rêvé la nuit dernière, celle qui t’a fait basculer d’avril à mai comme pour te rappeler que l’échéance approche ? De la pente du « mur du Manoir » avant Plogastel-Saint-Germain, le PSG bigouden, où tu zigzaguais péniblement jusqu’ici, trop à l’écoute de ton mal aux jambes, trop à la recherche de ton souffle. Tu l’as passé quatre fois cette fois, très correct. Tu aurais même pu une de plus si tu l’avais voulu mais tu avais envie d’autres petits reliefs de Cornouaille, un peu plus loin. Plus de 800m de D+ au bout. C’est pas 1000 mais c’est pas mal.

Tu es rentré en sifflotant après t’être pris une queue de giboulée de grêle, on est en Bretagne, faut ce qu’il faut. Dans l’escalier, chez toi, tu t’es dit que tu avais bien mal aux pattes. Un peu plus que les autres fois. Sous l’eau chaude de ta douche, tu as trouvé que c’était bien bon. Le travail paie plus que les manifs, surtout le jour où c’est sa Fête. Rendez-vous à J-50. On verra bien ce que tu auras inventé pour ton Jeudi de l’Ascension.

Share