LIFESTYLE Les routes de Croatie sont-elles plus « cyclistes » que celles du Tour de France ?

La Croatie n’est pas qu’une équipe de football à l’histoire étroitement liée à celle de la France à l’évocation de la Coupe du monde. De Split à Dubrovnik, on peut aussi découvrir de merveilleux itinéraires cyclistes, par le littoral ou encore mieux via les îles dalmates. Moins fréquentés à l’automne qu’en plein été, ils mixtent aventure sportive et art de vivre.Par la cote, deux cents kilomètres à peine séparent Split de Dubrovnik. La route est magnifique. On pédale entre falaises calcaires et pins côté gauche, eau turquoise de l’Adriatique côté droit. La météo risque d’être parfaite pour peu que ne souffle le Bora, vent qui descend des plateaux. Les rives de la Dalmatie ne sont pas éloignées de ce que le bassin méditerranéen a de plus somptueux à offrir.

Pour découvrir encore plus beau, il faut pourtant savoir s’en écarter de quelques kilomètres. Pour les îles dalmates, juste en face. Brac, la première, devant Split, n’est qu’un aperçu. Hvar, la suivante, est considérée comme l’une des plus belles au monde. On roule entre mer et collines, champs de lavande, d’oliviers et vignobles.Encore via le bac qu’il faut emprunter à cinq reprises lors de cette escapade à vivre sur une semaine hors l’été touristique (mai et octobre sont fantastiques), on poursuit par Korkula, la chaîne continentale des monts Biokovo devant soi. Puis on passe sur la péninsule Peljesac et sa route Plavac Mali, cépage le plus répandu en Croatie. Certains blancs sont excellents. Dubrovnik n’est plus si loin. Mais au bout de la route, on ne sait plus trop si la ville musée reste bien la plus éclatante des perles de Dalmatie.

Pousser jusqu’au Montenegro ?

À Dubrovnik, la tentation est de poursuivre la route. Cent kilomètres plus bas, on atteint Kotor, au Monténégro. Sa « gorge » est belle comme un fjord norvégien. Une montée à 1500 mètres en vingt-sept épingles permet de franchir l’impressionnant mur rocheux qui surplombe la ville. On entre dans le parc du Lovcën, montagne noire qui a donné son nom à l’ancien royaume, grand comme la moitié de la Belgique. Peut commencer une inoubliable semaine à pédaler en Montenegro. Extrait du livre Les plus beaux endroits pour pédaler, éditions Gründ, 2017.